Découvrez Terre-de-Haut, en Guadeloupe
Découvrez Terre-de-Bas, en Guadeloupe
Production de programmes audiovisuels, en Guadeloupe

Monuments à Terre de Haut

  

LA BATTERIE CAROLINE


A votre retour, vos meilleurs souvenirs seront dans vos valises : des vues des Saintes à vous couper le souffle prises lors de vos promenades et randonnées dont une qui vous aura sûrement marqué,  la randonnée vers la batterie Caroline.

Balisé par des pierres marquées de peinture jaune, un des points de départ en prenant un sentier sur la gauche près du restaurant « Douceurs de l’Îsle »; le parcours se fait en montée sur un  chemin caillouteux.

Une bonne forme physique est requise pour la longueur du trajet. Mais il est vrai que ce qui vous attend à votre arrivée se mérite : dominant l’océan atlantique, cet ancien fortin désormais en ruines offre d’époustouflants points de vue sur la Soufrière de la Guadeloupe à votre gauche, Marie-Galante en face de vous et la Dominique à votre droite. En prime, la succession des plages de Pompierre, de Grande Anse et de Rodrigue.

Un ravissement pour les yeux avec les alizées pour vous rafraîchir. Votre imagination fera le reste (certains affirment sentir encore l’odeur de la poudre à canon !) Pour les amoureux de l’Histoire, vous aurez devant vous une vue panoramique du lieu où s’est déroulée la fameuse Bataille des Saintes.

En 1822, une idylle se noua entre un officier de la Royale Fréminville en escale aux Saintes et une jeune Saintoise, Caroline. Parti de nouveau en campagne, celui-ci promis à Caroline de revenir. Ne voyant point son bien-aimé revenir et désespérant son retour, celle-ci se jeta dans le vide avant même que l’officier accoste sur l’île le même jour! Pris de folie à l’annonce de la mort de sa bien-aimée, l’officier retourna à Brest en emportant la robe de Caroline qu’il lui arrivait de porter. De cette idylle, reste le nom de la batterie.


Plus de photos sur notre page Facebook

LA BATTERIE DE LA TETE ROUGE


Se trouve située entre l’Anse Galet et l’Anse du Fond du Curé. Achevée d’être construite en 1870 sur un monticule volcanique, elle se repère aisément aujourd’hui grâce à l’antenne rouge du complexe téléphonique de l’île.


On distingue 2 façades orientées vers la mer :

  • La première est composée de 4 pièces d’artillerie sur une longueur de 28 mètres environ ;

  • La seconde à l’identique de la première mais sur une longueur d’environ 34 mètres en direction du Pain de Sucre.

Elle était à l’origine conçue pour un corps de garde de 40 hommes.

Elle fait partie de l’arc de défense de la baie des Saintes.


Un lieu de randonnée instructif et agréable !

  

LE BUSTE DE MARIANNE


Le buste doré de Marianne accueille les touristes sur la place du Gouverneur du Lion  appelée aussi place de l’embarcadère, dès leur descente de bateau.

Cette place doit son nom au sieur Du Lion alors nommé gouverneur de Guadeloupe, aidé des Caraïbes délogent les derniers Britanniques demeurant encore sur Terre de Haut après leur attaque massive des 2 îles le 4 août 1666. Une stratégie calculée  après le passage d’un cyclone ayant mis en déroute la flotte anglaise. Les Anglais se rendent le 15 août 1666, jour de l'Assomption de la Vierge Marie. Le gouverneur Du Lion institue dès lors une commémoration annuelle pour cette victoire.


D’autre part en parallèle, l’originalité du buste de Marianne, buste emblématique de la République Française réside dans le nom qui lui est en fait attribué : la Reine Charlotte.  La Marianne de Terre de Haut aurait en effet les traits de la figure de proue du navire britannique « Queen Charlotte ». En effet, en 1794,  l’assaut français pour tenter de récupérer les Saintes alors anglaises échoue, les Français étant alors repoussés par le fameux vaisseau anglais le Queen Charlotte. C’est à partir de 1877, que le buste doré de Marianne symbolise la République Française à Terre de Haut.

LE CALVAIRE


L’accès est d’autant plus facile à trouver pour rejoindre le Calvaire sur la route de Grande Anse, qu’il suffit de gravir les marches à votre droite. S’offre alors à vous l’instant de capturer tout le calme et la sérénité de ce lieu!

La Croix du Calvaire représente le Christ en croix entièrement peint, que l’on aperçoit facilement du centre du bourg.

Un point de vue qui domine le centre du bourg de Terre de Haut sur l’une des plus belles baies du monde et les îles avoisinantes. Vous ferez ainsi partie de ceux qui ont eu jusqu’à présent, le privilège d'admirer le spectacle grandiose d'un coucher de soleil sur la rade.



Plus de photos sur notre page Facebook

LA CHAPELLE DES MARINS


L’accès se fait en prenant la route de Grande Anse à droite de la mairie  pour ensuite emprunter les marches d’escalier conduisant au calvaire et à la chapelle des marins.


Derrière le Calvaire où est érigée la croix du Christ, se trouve la Chapelle des Marins dédiée à la Vierge. Ce site emblématique offre un point de vue extraordinaire et incontournable sur la baie des Saintes et les îles avoisinantes.


La chapelle des Marins est tout particulièrement à l’honneur lors de la procession du 15 août avec la fête de la Vierge et la célébration de la victoire en mer des Français sur les Anglais en 1666.

LE CIMETIERE MARIN


Vous regretterez toujours d’avoir quitté Terre-de-Haut sans avoir fait un tour dans le cimetière marin de l’île! Une des fiertés et combien légitime des Saintois de Terre-de-Haut, ce lieu de recueillement et de rencontres posthumes où reposent des marins, est rempli de sépultures en conques roses de lambi, que l’on retrouve sur toutes les côtes antillaises. Monuments funéraires de familles saintoises et vingt-huit tombes de matelots et officiers de tout grade de la Marine nationale française inhumés entre 1838 et 1941, se côtoient à proximité de la plage de Grande Anse. Situé sur une des parties les plus calmes de l’île, on y accède à partir du bourg, à gauche de la mairie en empruntant la route du Cimetière ou route de Grande Anse en direction de la plage de Grande Anse. Sur cette même route, à droite, dès les premiers cent mètres franchis, des escaliers vous conduiront directement au calvaire et à la chapelle des marins. Un monument en leur mémoire est édifié au milieu du cimetière, et porte leurs noms et l’année de leur décès.

Rien de macabre à visiter ce cimetière datant du milieu du XIXe siècle mais plutôt un intérêt porté au patrimoine architectural funéraire de l’île: les caveaux sont entièrement recouverts de faïences colorées

Il est une des périodes les plus hautes en couleurs à Terre-de-Haut : celle de la Toussaint ou la Fête de Tous les Saints, la découverte de l’archipel de « LOS SANTOS » par Christophe Colomb le 4 novembre 1493 et la Célébration des Morts. Vous seriez bien à plaindre si vous manquiez cette tradition typique de certaines îles des Antilles, à cette époque de l’année ! Afin d’honorer leurs morts en toute dignité, les Saintois rénovent, nettoient et fleurissent et illuminent les tombes de leurs disparus. A la nuit tombée, toutes les tombes et caveaux du cimetière sont illuminés de milliers de cierges et de bougies pour éclaires les défunts que les familles viennent veiller une bonne partie de la nuit.

Une coutume qui perdure dans le temps. A voir et à revoir lors de votre prochaine visite à Terre-de-Haut !

  

L’EGLISE DE NOTRE-DAME-DE-L'ASSOMPTION


L’église de Notre-Dame-de-l ‘Assomption, église catholique construite au XIXe siècle, se trouve dans l’archipel des Saintes à Terre de Haut et est rattachée au diocèse de la Guadeloupe. La paroisse a été dédiée à la Vierge de l'Assomption en l'honneur de la victoire française du 15 août 1666, contre les troupes anglaises, jour de l'Assomption,

L’église de Notre-Dame-de-l ‘Assomption est inscrite au patrimoine historique national par arrêté ministériel du 31 décembre 1979. Son originalité réside essentiellement en son plafond qui a la forme d'une carène renversée. Quant à son clocher, il est  fortement endommagé lors du séisme du 21 novembre 2004 et par mesure de sécurité remplacé par un clocher en bois. On y trouve 4 cloches : une de 1820 des fonderies de Villain au Havre, une seconde de 1884 provenant de la fonderie Astier à Nantes, une troisième de la fonderie de Ferdinand Farnier à Robecourt et la quatrième toute aussi symbolique, offerte par la municipalité lors de la construction du nouveau clocher après le séisme de 2004.

Le 28 juillet 1947, un ex-voto "Etoile de mer ", dédié à la Vierge Marie, a été offert à l'église par les marins saintois.

FORT LOUIS


Pour éviter toute convoitise par les Anglais, le roi Louis XVI ordonne la construction de fortifications. Les Saintes acquièrent  définitivement leur vocation militaire. C’est alors que l’on assiste à la construction du Fort Louis sur le morne Mire en 1777.

Le Fort Louis fut la première fortification de l’île avant le fort Napoléon. Le 14 avril 1809, l'armada anglaise occupe la baie des Saintes et reconquiert l'archipel et détruisent le fort Louis. En 1867, Napoléon III fit alors construire le fort Napoléon sur les ruines du précédent. En témoignage du passé, demeurent encore quelques vestiges de cette fortification, en cours de restauration.

FORT NAPOLEON


Construit en 1867 par Napoléon III, de style Vauban, le Fort Napoléon se trouve au sommet du morne Mire, à l'emplacement du premier Fort appelé Fort Louis détruit en 1809 par les Anglais. Emplacement idéal pour la surveillance et l’inaccessibilité des assaillants.  Sa construction dura 23 ans, de 1844 à 1867. Il doit son nom à Napoléon III, qui n’y mit jamais les pieds. Il n’a jamais été utilisé en tant que forteresse militaire en période de conflit mais plutôt comme pénitencier jusqu’au début du XXème siècle.


Cette magnifique forteresse surplombe la magnifique baie des Saintes, offrant une vue exceptionnelle sur la Guadeloupe, la Dominique et Marie-Galante.


Très bien conservée, cette forteresse a été classée monument historique depuis décembre 1997.

Au rez-de-chaussée, une énorme citerne de 350 000 m3 avait été conçue pour permettre une totale autonomie en eau en cas de siège.


Le fort est désormais un véritable musée (au premier étage) consacré à  l’histoire de l’île avec des maquettes et des modèles réduits retraçant la célèbre Bataille des Saintes de 1782. La réputation de son jardin botanique consacré à la flore locale n’est plus à faire.


Un site incontournable lors de votre visite sur l’île avec un magnifique point de vue sur toute l’île de Terre de Haut ! Il serait regrettable de le louper !


Ouvert tous les jours, de 9h à 12h30, sauf le 25 décembre, le 1er mai, le 27 Mai, les 15 et 16 Août.

Téléphone: +590 (0)690 610 151

LA MAISON BATEAU


La maison bateau ou bateau des îles  appartient au patrimoine architectural de Terre de Haut. Cette étonnante construction en forme de proue de bateau accroche le regard dès les premières manœuvres d’approche du bateau.


Peinte en blanc et en bleu, la maison bateau a été inaugurée en 1942 et léguée par son propriétaire Adolphe CATAN à la commune pour servir de résidence aux médecins affectés sur l’île.


A ne pas manquer de photographier !

MONUMENT COMMEMORATIF DE LA COLONISATION


L’archipel des Saintes a toujours été l’enjeu de grandes nations colonisatrices telles que la France, l’Espagne et l’Angleterre.


Entre 1648 et 1652, par ordre de Charles Houel gouverneur de la Guadeloupe, une trentaine de colons débarquent à Terre-de-Haut engagés pour un contrat de 3 ans venus de La Rochelle, Nantes, Lorient, Brest ou Saint-Malo. Ils établissent une garnison de défense contre les Caraïbes et les Anglais.


En 1998, un mémorial de la colonisation de Terre-de-Haut est érigé pour commémorer ce tournant de l’histoire.

MONUMENT DEDIE A LA MEMOIRE DES MARINS-PECHEURS DISPARUS EN MER


Un édifice élevé à la mémoire des marins-pêcheurs disparus en mer fait partie du patrimoine commémoratif. de Terre de Haut. Placé dans un  petit square ombragé en face de la mairie, près de l’église Notre Dame de l’assomption, ce monument mettant en scène un marin pêcheur au milieu des vagues, dans une saintoise coiffé d’un salako, chapeau traditionnel saintois.